17 décembre 2022 : 129ème Supplique de Pontmain


C’est la dernière Supplique de cette année 2022.
COURAGE !

Courage ! Encore exactement deux années complètes, et le 17 décembre 2024, auront été accomplies à Pontmain 153 Suppliques, soit un Rosaire complet de Suppliques à Dieu pour le retour du Roi.

C’est, je crois, le nombre que nous devons impérativement atteindre… ad minimum !

Vous savez que l’Apparition de Pontmain a ceci de particulier, c’est qu’elle est sous l’égide de la Très Sainte Trinité :

En effet, Marie apparaît encadrée de trois étoiles de très grosse taille et fort brillantes, l’une au-dessus de sa tête, et les deux autres de part et d’autre de ses deux épaules, formant ainsi un triangle équilatéral parfait.

Or, si seuls les enfants pouvaient voir Notre-Dame, tous les villageois présents ce soir-là à la grange des Barbedette, pouvaient contempler ces trois étoiles qui, aux dires des voyants « n’étaient pas des étoiles du temps », selon leur expression, c’est-à-dire n’étaient pas des étoiles naturelles de ce ciel du 17 janvier 1871.


Maintenant faisons juste un peu d’arithmétique simple :

Vous savez tous que la surface d’un carré est égale à son côté multiplié par lui-même.
Ou encore, si on fabrique un carré à l’aide de boules juxtaposées, le nombre total de boules du carré sera le nombre de boules d’un côté multiplié par lui-même.

Un carré, dont chaque côté est fait de 5 boules, a un total de :
5×5 = 25 boules.
On dit que le carré de 5 est 25 (le carré formé avec 5 boules de côté comprend 25 boules.

Le dessin suivant montre cela :

Si l’on procède d’une façon analogue avec des boules pour fabriquer un triangle, on va obtenir avec les mêmes 5 boules sur un côté, le triangle équilatéral suivant :

Soit un triangle de :
5 + 4 + 3 + 2 + 1 = 15 boules.
On dit que le nombre triangulaire de 5 est 15.

Eh bien, si l’on fabrique un triangle équilatéral à l’aide de 17 boules sur sa base, ce triangle aura un total de 153 boules.
On dit alors que le nombre triangulaire de 17 est 153.

Et 153 est le nombre total d’Ave Maria d’un rosaire (comme le nombre total de poissons de la Pêche Miraculeuse).

Ainsi, comme je l’ai fait remarquer au début, c’est tout particulièrement à Pontmain que se manifeste, que se concrétise parfaitement le lien trinitaire entre le 17, jour de l’Apparition, et le 153 du Rosaire, la prière mariale par excellence attendue, reçue et acceptée en ce lieu béni par Notre-Dame et son divin Fils le Roi de France.

Ah si les Français comprenaient !

S’ils comprenaient enfin qu’ils ont jeté hors de France le Christ, leur Droiturier Seigneur, leur vrai Roi de droit, par la Constitution signée le 14 septembre 1791, et que depuis, c’est cela, et uniquement cela, la cause de tous leurs maux entraînant la valse des 11 régimes politiques différents qui se sont succédé en 231 ans tous les 21 ans en moyenne, soit à chaque génération. S’ils comprenaient que leur vrai Roi ne reviendra seulement qu’à leur demandeet encore, en se faisant particulièrement prier et supplier !

Alors oui, à cette condition seule, Il suscitera Son Lieutenant !

S’ils croyaient intimement et collectivement en la puissance de la prière qui bouleverse tout, même les obstacles les plus invraisemblables, les plus gigantesques et les plus inattendus, s’ils suppliaient, suppliaient, et suppliaient encore pour accepter eux-mêmes et recevoir les grâces prêtes à fondre sur notre pauvre France… en faisant ne serait-ce que le premier pas vers Pontmain !

Si les Français avaient foi, c’est-à-dire confiance en Marie de Pontmain, ils viendraient à plat ventre, de toute part et de toutes nos provinces, prier en ce lieu pour le salut du « Regnum Galliae, Regnum Mariae »… !

Qu’attendent-ils donc, ceux qui ont la foi ?
Ils attendent pire encore ?
Il est déjà ” naturellement ” trop tard !
Mais ” surnaturellement ” tout reste encore possible :

Hélas, je ne peux me faire comprendre ainsi que par ceux qui ont la foi, et… ils ne répondent pas eux-mêmes !

Il reste encore 24 mois… Soyez au moins les ouvriers de la dernière heure !

Je vous appelle en ce mois de décembre 2022, encore une fois par ce petit sonnet publié la première fois en décembre 2020, puis en décembre 2021 :


En union de prière à Jésus, par Marie Reine.

Chouandecoeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *