Télégramme n°4 (Juillet 2016): Le Précieux Sang et le Sacré-Coeur

Juillet : Le mois du Précieux Sang

Le mois dernier, mois du Sacré-Coeur, nous fêtions le jubilé de la Supplique à Dieu pour le retour du Roi.
Déjà cinquante pèlerinages à Pontmain pour demander le salut de la France par le retour de son Roi… C’est merveilleux !
En janvier, nous fêtions notre 45ème pèlerinage pour les 145 ans de l’Apparition ; fin avril, beaucoup d’entre nous, et des nouveaux, étions partis en pèleriner à Tilly-sur-Seulles où Marie est venue demander de prier pour le retour du roi.
Au nom du Roi à venir, merci à tous de donner de votre temps, de vos moyens, de votre peine, de votre espérance, mais aussi de votre enthousiasme et de votre allégresse.
Mais continuons ! Ce mois-ci, juillet, est consacré au Très Précieux Sang de Jésus.
En fait, ce 17 juillet 2016 sera notre jubilé bis, celui des 50 pèlerinages d’affilée de la Supplique, puisqu’entre le 17 janvier 2012 (le tout 1er) et le 17 juin 2012 (le 2ème) il n’y en eut pas.
La chronologie de ces jubilés de la Supplique n’est pas anodine :
Elle révèle une relation particulière et privilégiée entre Pontmain (17 janvier 1871), le Sacré-Coeur (17 juin 1689), le Précieux Sang (mois de juillet, le 17 juillet en ce qui la concerne), et donc par le biais de la Prière à Notre-Dame du Précieux Sang (« Donnez-nous ce roi de France revêtu du sang du Christ ») et du visage du Linceul formé par ce Très Précieux Sang sortant du Coeur de Jésus, elle nous conduit bien au roi du Sacré-Coeur promis.

Comme je le révélais lors de ma conférence sur les causes de l’intimité du Sacré-Coeur et de la France, la blessure du Divin Coeur n’est pas due au coup de lance du soldat Longin ; ce n’est pas le fer de la lance qui ouvrit le coeur de Jésus, mais c’est Jésus Lui-même qui volontairement décida du moment et de la cause physiologique de sa mort… par la « rupture » de son Coeur.
C’est Jean, l’apôtre du Divin Coeur sur lequel il aimait tant à reposer sa tête, qui nous rapporte le mieux l’événement et qui en donne la cause mystique par les paroles mêmes de Jésus :

« Le Père m’aime, parce que Je donne Ma vie, afin de la reprendre. Personne ne Me l’ôte, mais Je la donne de Moi-même ; J’ai le pouvoir de la donner, et J’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre de Mon Père. » (Jean 10, 17-18).
Là encore comprenez bien : Jésus ne meurt pas d’asphyxie, la mort naturelle du supplice de la croix !
S’il était mort ainsi, la croix, les hommes Lui auraient retiré Sa vie… Or « Personne ne me l’ôte, mais Je la donne de Moi-même ». Le Christ ne subit pas Sa mort… Il donne Sa vie pour nous en Se la retirant volontairement à Lui-même !

Ainsi, par la rupture de Son coeur, TOUT le Précieux Sang est répandu sur la Terre… jusqu’à la dernière goutte du plus intime : celui du Sacré-Coeur.
Chouandecoeur

Le Sacré-Coeur

La dévotion au Sacré-Coeur trouve son origine avec l’apôtre saint Jean qui met sa tête sur le Coeur de Jésus durant la Cène et vit le Coeur transpercé de Jésus lors de la Passion.
Il nous faut avoir et répandre la dévotion au Sacré-Coeur et, comme le dit le RP Anizan :
« La dévotion au Sacré-Coeur c’est la dévotion à Jésus-Christ nous montrant son Coeur et, par son Coeur, son amour et sa vie. »
Au cours des siècles, nous trouvons de nombreux apôtres du Sacré-Coeur dont le premier fut saint Jean Eudes qui propagea la dévotion au Coeur de Jésus, et certains parmi eux firent avec Notre-Seigneur des échanges de Coeur, comme sainte Lutgarde, sainte Gertrude etc.…
Sainte Marguerite-Marie fut choisie pour répandre le culte du Sacré-Coeur. Lors de ses apparitions, Notre-Seigneur lui dit :
« Je bénirai les maisons où l’Image de mon Coeur sera exposée et honorée ».
Aussi préservons nos familles et nos maisons de l’attaque de Satan en y intronisant le SACRÉ-COEUR, si cela n’est pas déjà fait.
Il faut, chers Pèlerins de la Supplique à Pontmain, que le Sacré-Coeur règne chez vous, qu’Il y soit le « Roi des foyers chrétiens ». Introniser, c’est mettre sur un trône. Ainsi, introniser le Sacré-Coeur dans une famille c’est le faire monter sur le trône et donc le proclamer Roi de son foyer.

Intronisation du Sacré-Coeur : le Père Mateo Crawley Boewey (1875-1960)
En 1907, le Père Mateo de la Congrégation du Sacré-Coeur de Jésus fut envoyé par ses supérieurs d’Amérique à Paris pour y consulter un médecin pour sa maladie de coeur qui était incurable. Il se rendit à Paray-le-Monial pour demander la grâce d’aimer davantage le Sacré-Coeur de Jésus et de mourir en saint prêtre.
À peine fut-il agenouillé dans la chapelle des Apparitions, qu’il se sentit bouleversé… Il était guéri… Le soir même tandis qu’il faisait l’heure sainte, il reçut du Sacré-Coeur la mission de lui conquérir le monde, famille par famille, ainsi que tout le plan de l’Intronisation.
Il partit pour Rome afin d’obtenir du Pape Pie X la permission de commencer son apostolat. « Non, mon fils, lui répondit le Souverain Pontife, non je ne vous le permets pas »
« Mais très saint Père ! … »
« Non, je ne vous le permets pas » reprit Pie X avec un sourire empreint de malice qui lui était propre, puis lui ouvrant les bras tous grands, il ajouta en le serrant sur son coeur. :
« Je vous le commande ; c’est une oeuvre admirable, consacrez-y votre vie entière »
Il devint à ce jour le commis-voyageur du Sacré-Coeur. Il eut pour l’aider le Père Crozier qui fit sienne l’oeuvre du Père Mateo.
En 1915, il fut reçu par le Pape Benoît XV qui lui dit qu’il désirait que cette OEuvre s’étende davantage et en 1918 il continuait : « Si toutes les familles se consacraient au divin Coeur et remplissaient les obligations de la Consécration, le Règne social de Jésus-Christ serait assuré ».

Le 21 octobre 1926 à Pontmain
Chers Pèlerins de la Supplique à Dieu pour le retour du Roi, réjouissez-vous car le 21 octobre 1926, la commune de Pontmain, avec l’autorisation de Mgr Grellier évêque de Laval, fut consacrée au Christ-Roi par son maire, entouré de tout le conseil municipal. Cette fête, préparée par une retraite de plusieurs jours, vit un millier de personnes agenouillées le matin à la sainte Table. Dans la journée, une belle couronne fut portée devant le dais en procession jusqu’au reposoir élevé sur le point culminant de Pontmain où, agenouillé devant le Saint-Sacrement, le maire lut la consécration.
Marie-Espérance

  • Pour obtenir le formulaire de l’Intronisation.
  • Conférences possibles à domicile
    Contactez Chouandecoeur au 06 07 50 26 58, ou à chouandecoeur@orange.fr

Courrier d’accompagnement : Chers amis et pauvres pèlerins du Roi,

Veuillez trouver en pièce jointe le Télégramme trimestriel de la Supplique de Pontmain du 08 juillet 2016 (3ème trimestre).

J’en profite pour vous donner 2 informations :

  1. Supplique du dimanche 17 juillet à Pontmain (dimanche qui vient) :Ce dimanche 17 juillet, il n’y aura pas de messe de rite saint Pie V, n’ayant pas pu trouver de prêtre pour la dire.
    La messe de rite ordinaire sera dite à la Basilique à 11h00.
    La Supplique comme d’habitude commencera à 14h00 précises dans la Chapelle des Mission, au rez-de-chaussée du bâtiment des Oblats derrière le chœur de la Basilique.
    Comme je l’explique dans ce n° 4 du Télégramme, ce 17 juillet est un jubilé bis de la Supplique à Pontmain…
    À la rue du Bac, Notre-Dame a dit : « les temps sont mauvais. »… Aujourd’hui les temps sont écoulés :

    Venir à Pontmain à la Supplique à Dieu pour le retour du Roi, c’est l’URGENCE ABSOLUE… Faites-vous violence, venez très nombreux !
    croix_de_Pontmain
  2. Et puis, quelques mots de notre jubilé des 17 et 18 juin dernier :Pour de 50ème pèlerinage de la Supplique, nous étions plus de 60 personnes.
    Les Oblats de Marie avaient mis à notre disposition la chapelle Jean XXIII au premier étage, là où, 4 ans plus tôt exactement, nous étions 2 (la chapelle des Missions était indisponible pour préparation d’un pèlerinage d’enfants le lendemain).
    En soirée de ce premier jour, une visite à Laignelet, non loin de Pontmain, nous regroupa sur la tombe de Sœur de la Nativité, pour dire une dizaine de chapelet pour le salut de la France sur laquelle la sainte de Fougères a prophétisé.
    Les 4 conférences du soir même et du lendemain 18 juin sur le thème général « Le Sacré-Cœur et la France », furent de haute tenue. Pour rappel et succinctement, elles furent dans l’ordre :
    Image Sacré Coeur
  • Le Sacré-Cœur – Origine et dévotions,
  • Le Sacré-Cœur et Louis XIV,
  • Le Sacré-Cœur à Tilly-sur-Seulles et Mirebeau-du-Poitou,
  • Le Sacré-Cœur et la France – Secret de leur intimité.

LE TELEGRAMME


Pour me contacter, si besoin :
François-Xavier PACHOT – dit Chouandecoeur  (06 07 50 26 58 ou à chouandecoeur@orange.fr)

En union de prière à Jésus, Christ et Roi de France par Marie Reine.

François-Xavier PACHOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *